La logistique d’un entrepôt et la traçabilité des envois reposent sur une bonne gestion des stocks. En effet, la préparation des colis de matériel high tech à expédier implique des emballages et du matériel d’expédition visant à protéger les marchandises. Voici quelques règles de base pour une maîtrise optimale du processus de stockage et de manutention des produits.

Stockage et manutention : miser sur un emballage adapté au transport

Qu’elles soient expédiées par voie maritime, aérienne ou terrestre, les marchandises sont soumises à des risques de casse, de déchirement ou d’ouverture. Il convient donc de prendre les précautions, en commençant par le choix de l’emballage et des moyens de protection efficaces. À cet effet, l’équipe d’experts de securinorme.com vous accompagne dans la prévention des risques pour le stockage et la manutention de votre marchandise.

Le choix du carton d’emballage

Le bon déroulement de la livraison est l’un des critères de référence des consommateurs. Autant dire que pour une grande majorité de clients, le soin porté à l’emballage des colis incite au rachat. Si vous faites appel à un professionnel, vous disposerez de tout le matériel nécessaire pour le marquage, la protection et la traçabilité de vos envois. N’oubliez pas que l’emballage demeure un atout marketing qui contribue grandement à l’expérience client. Certes, il sert à protéger les produits, mais il reflète aussi l’image de l’entreprise. En d’autres termes, tout repose sur la « première impression ».

Vous l’aurez compris, le choix de l’emballage ne se fera pas au hasard. Les dimensions du carton seront donc déterminées en fonction du type de marchandises, de son poids et du degré de fragilité. À titre de référence, un carton double cannelure est adapté à un colis de moins de 50 kg. Si la marchandise pèse dans les 70 kg, optez plutôt pour un carton double cannelure qualité lourde. Et même si vous prônez le recyclage, ne réutilisez jamais de vieux cartons qui ne protègent pas suffisamment vos produits.

marchandise stockage manutention

Les calages et les protections de votre marchandise

Outre le carton, le système de calage ou de rembourrage vise à protéger les produits durant l’expédition. L’objectif : préserver la marchandise contre les coups et les chocs lors de la manutention et du transport. En ce sens, on privilégiera les matériaux comme le papier, la mousse, les billes de polystyrène ou encore les coussins d’air. Le choix des calages se fera en fonction de la fragilité du produit à sécuriser.

En matière de protection, vous trouverez notamment le papier kraft, un matériau biodégradable et recyclable. Il permet de caler les produits dans leur emballage. De plus, son grammage doit être conforme au poids de l’objet à transporter. Pour les objets légers, un papier kraft de 70 g/m suffit amplement. Pour les objets lourds, mieux vaut privilégier un grammage de 90 g/m.

Par ailleurs, le papier bulle est également sollicité dans l’industrie du transport des colis. Ce film de protection en plastique sert à emballer les produits fragiles. Le papier bulle peut être utilisé comme calage, empêchant ainsi les objets de s’entrechoquer durant leur transport. Il comble ainsi les vides sans pour autant augmenter le poids du colis. Et n’oubliez pas de choisir un adhésif robuste et antieffraction.

L’étiquetage des colis

Le transport des colis implique de nombreuses manutentions, d’où la nécessité d’étiqueter chaque carton. Les étiquettes posées en bonne et due forme informent le transporteur sur le contenu de chaque colis. Elles renseignent aussi sur le degré de fragilité des envois. À ce propos, les mentions les plus apposées sur les étiquettes sont : « ne pas renverser », « haut, bas », « fragile », « Produit dangereux » ou encore « ne pas retourner ». L’étiquetage vise surtout à informer sur la nature du produit, sa désignation, sa quantité. Il convient donc d’apposer les étiquettes sur le haut du colis afin de prévenir tout ennui logistique.

Les différents types de manutention en entrepôt

La logistique de stockage inclut forcément la gestion de l’entrepôt. En d’autres termes, le choix de la manutention s’avère crucial pour l’optimisation des différents processus de préparation des commandes.

La manutention manuelle

Sachez qu’il existe tout d’abord plusieurs techniques de manutention manuelle. C’est le cas notamment de la manutention à bras qui est toutefois déconseillé pour les colis lourds. Mieux vaut opter pour les chariots à poussée manuelle ou pour l’assemblage sur poste grâce à un stockeur. Le système de rayonnage dynamique et convoyage se révèle aussi pratique, car c’est le produit qui vient vers l’opérateur.

La manutention automatique

Ce type de manutention repose sur des moyens d’automatisation tels que les transpalettes, les gerbeurs, le chariot élévateur frontal, le chariot tridirectionnel. Comptez aussi sur les chariots spéciaux et sur le chariot « petit-train ».

Les différentes méthodes de palettisation de la marchandise

La palettisation est un terme très utilisé dans le vocabulaire logistique des entrepôts. Elle consiste à regrouper puis à cercler la marchandise sur une palette en vue de leur expédition. Il existe d’ailleurs plusieurs méthodes de palettisation.

La palettisation manuelle

Cette technique consiste à placer les caisses ou les cartons sur la palette. Le filmage se fera donc manuellement afin de stabiliser et de solidariser l’envoi. Cette méthode requiert d’effectuer des mouvements physiques souvent pénibles. Pour y remédier, il existe d’ailleurs des machines portatives permettant de filmer des palettes de près de 2 mètres de haut. Elles sont très simples d’utilisation, ce qui minimise les efforts physiques.

Ces machines sont surtout sollicitées pour les petits volumes de palettes. Elles se révèlent aussi indispensables dans le cas de lourdes charges, limitant ainsi le déplacement des palettes.

manutention stockage marchandise

La palettisation semi-automatique

La palettisation semi-automatique est une bonne alternative à la palettisation manuelle. En effet, le processus de mise sous film se fait via un palettiseur automatique, ce dernier étant commandé par un opérateur. Rappelons que les machines de palettisation semi-automatiques ne peuvent être déplacées. Elles se composent de plateaux tournants motorisés qui permettent de procéder au filmage des palettes. Le choix de la machine dépendra de la taille du nombre de palettes à expédier, sachant que les cadences de filmage varient de 25 à 180 palettes par heure.

La palettisation autonome ou automatique

Cette technique de palettisation permet de gagner en temps et en efficacité. De plus, les opérateurs qui évoluent sur la plateforme logistique risquent moins les troubles musculo-squelettiques. Les cercleuses à palettes se déclinent en différents types dont les cercleuses à aiguilles et les cercleuses mobiles.

Les cercleuses à aiguilles fonctionnent de manière autonome. De ce fait, l’opérateur n’aura qu’à faire passer le feuillard en dessous de la palette pour le récupérer de l’autre côté. Quant aux cercleuses mobiles, elles se déplacent dans l’entrepôt au gré des besoins. Notez que la machine se charge de la tension du feuillard et de la soudure. Les solutions d’automatisation s’avèrent indiquées pour les besoins de palettiser à haute cadence.

Gestion et optimisation des espaces de stockage

Forcément, le stockage et la manutention au sein d’un entrepôt ne peuvent être optimisés sans une bonne gestion de l’espace de stockage. Il vous incombe d’opter pour la méthode d’entreposage la plus adaptée à votre activité. Si vous optez pour une manutention manuelle, vous avez le choix entre le stockage sur étagères en allées, le stockage sur rayonnage mobile ou le stockage de masse en palettes.

En outre, une manutention automatique convient à diverses possibilités de systèmes de stockage. Vous pouvez notamment opter pour un stockage sur palettes ou pour un stockage sur racks. En revanche, si les allées sont étroites, mieux vaut prévoir un stockage en hauteur. Sinon, le stockage grâce à l’accumulation s’avère très pratique lorsqu’il faut manutentionner des packs de boissons.

Enfin, le stockage sur base mobile est plus indiqué aux entrepôts frigorifiques. Cette solution se révèle toutefois plus coûteuse et difficile à mettre en œuvre. Concernant les rayonnages, le choix se révèle très large entre les versions en acier époxy, en acier galvanisé. Comptez aussi sur le plateau aggloméré ou préférez le rayonnage à palettes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here