Rester ensemble même éloignés

Auparavant utilisées seulement dans le cadre professionnel, les applications de visioconférence ont connu un énorme regain de popularité dans les derniers mois, permettant à famille et amis de se retrouver à travers les écrans de leurs ordinateurs puisqu’il était impossible de se voir physiquement. Et voilà que ces applications qui, au départ, n’avaient été pensées que pour le besoin des hommes d’affaires en déplacement ou pour des séminaires d’entreprises internationales réunissant des employés aux quatre coins du globe, sont devenues le socle du maintien d’une vie sociale à travers le numérique. Réunions de famille, soirées entre amis, concerts en live, les utilisateurs de ces applis ont redoublé d’imagination pour rester connectés en ces temps compliqués.

Des grands classiques

Auparavant, il n’y en avait que pour Skype. Cette fierté de l’Estonie, car ses créateurs sont originaires de ce pays, était l’appli que tout le monde connaissait pour rester en contact avec sa famille, permettant une visite aux grands-parents sans avoir à prendre la route. Mais si celle-ci est toujours très populaire, l’appli de Skype n’a pas profité au maximum de ces derniers mois, la faute à d’autres logiciels plus complets. La principale limitation de Skype est qu’il n’est pas possible de créer une conférence avec plus de dix personnes, un sérieux frein quand il s’agit d’organiser un apéro virtuel avec tous ses amis, car il faudra alors choisir les participants.

Skype était le leader du marché

Les autres applis déjà connues étaient WhatsApp et Messenger, mais celles-ci sont surtout utilisées pour des conversations en tête-à-tête et ne sont pas réellement considérées comme des outils de visioconférence. Enfin, il y a aussi l’option « Vidéo en Direct » d’Instagram, mais ici il n’y a pas d’échange puisqu’il s’agit d’une seule personne diffusant une vidéo et de toutes les autres la regardant et pouvant la commenter. Cette solution est toutefois la plus pratique pour la diffusion de concerts en direct, ou pour suivre les élucubrations de Benoît Paire et Stan Wawrinka dans des sessions désormais fameuses.

Et des nouveautés

Mais il est une appli qui est d’un seul coup sortie de l’ombre. Auparavant seulement connu des businessman et businesswoman, Zoom s’est soudain retrouvé sur le devant de la scène, car il permettait de se réunir via écrans interposés sans aucune limite dans le nombre. Ses utilisations sont donc multiples. Un repas dominical en famille peut désormais être partagé avec tous les oncles et tantes sans laisser personne de côté, et les apéritifs organisés peuvent enfin regrouper de nombreux amis et les gens peuvent partir et revenir comme dans une vraie soirée. Aussi, les parties de poker entre amis ont pu retrouver du piquant, car si tous les sites de poker en ligne proposent d’organiser ses propres tournois privés, l’ajout d’une visioconférence à une telle partie est indispensable pour rendre le jeu plus amusant afin de pouvoir discuter de celui-ci en même temps que l’on joue.

Mais le succès a aussi son revers de la médaille. À peine propulsé logiciel numéro 1 pour la visioconférence que Zoom s’est retrouvé attaqué de toute part pour ses failles de sécurité ou pour son absence de protection des données personnelles des usagers. Non préparés à une telle popularité, les créateurs de Zoom ont tenté d’apporter rapidement des corrections à leur application pour rassurer ses utilisateurs. Mais ces polémiques ont aussi permis l’émergence d’autres logiciels comme Jitsi, une appli née en France et recommandée par des personnalités comme Edward Snowden et Bruce Schneier. Celle-ci a fait de la protection des internautes son créneau et a su séduire un public plus concerné par les questions de sécurité, malgré ses fonctionnalités moins développées que Zoom. Google Meet est l’autre service qui a su sortir du lot récemment, mais sa grande faiblesse est la nécessité d’avoir un compte Gmail pour lancer une discussion. De plus, les gens se montrent de plus en plus méfiants envers les services proposés par les GAFAM.

Chaque crise à des conséquences imprévues. L’explosion de l’utilisation des applis de visioconférence comme la généralisation du télétravail en sont deux exemples récents, qui devraient continuer leur progression dans le « monde d’après ».