La majeure partie des solutions informatiques que l’on trouve de nos jours nécessitent la mise en place d’un système de gestion de bases de données pour fonctionner correctement. En effet, les données sont au cœur de cette transition numérique que nous subissons constamment ces dernières années. Le langage le plus utilisé pour interagir avec ces données est depuis longtemps le SQL.Dans cet article, nous allons voir les domaines dans lesquels on peut utiliser ce langage qui ne cesse de s’étendre malgré son ancienneté.

SQL : c’est quoi ?

Le langage SQL ou Structured Query Language est un langage de programmation créé par Edgar Frank Codd puis développé par Donald Chamberlin et Raymond Boyce en 1970. C’est donc un langage vieux d’une cinquantaine d’années permettant d’interagir avec les bases de données relationnelles.

À titre d’information, une base de données relationnelle est un système de stockage de données structuré sous forme de table. Chaque table contient des attributs appelés champs dont on précise le nom, le format de données ainsi que d’autres contraintes relatives à sa manipulation. C’est dans ces tables que l’on va stocker les données qui se présentent sous forme de lignes. Les tables peuvent également être reliées entre elles via des variables et peuvent donc être imbriquées, d’où l’appellation de base de données relationnelle. SQL permet donc de manipuler les SGBDR à travers des requêtes.

SQL est un langage déclaratif et relationnel proposant des requêtes ascensionnelles et ensemblistes. Les actions que l’on peut y effectuer se résument donc aux créations, aux insertions, aux mises aux jours et aux suppressions en y ajoutant les clauses dont on a besoin. Contrairement aux langages dits procéduraux ou fonctionnels, il ne permet pas par exemple d’effectuer des boucles ou des calculs.

Malgré cela, c’est le langage le plus utilisé dans le domaine de l’informatique ou du traitement des données en général. Tous les développeurs ont déjà eu affaire à lui au moins une fois au cours de sa carrière.

Pourquoi utiliser SQL ?

Si ce langage a réussi à préserver sa réputation depuis aussi longtemps c’est qu’il fournit de nombreux avantages à ses utilisateurs, et ce, même si de nombreux concurrents essayent de le détrôner. Voici les principales raisons pour lesquelles on préfère toujours l’utiliser plutôt que les autres :

  • SQL est simple à utiliser, la syntaxe est facile à comprendre puisqu’il est tiré de l’anglais ;
  • Les requêtes sont donc facilement exécutées et les résultats correspondent parfaitement à ce qui est attendu ;
  • On peut l’intégrer avec la plupart des langages de programmation afin que ces derniers puissent exploiter les données ;
  • On utilise donc SQL dans de nombreux domaines et types d’applications, que ce soit des sites web, des logiciels de bureau, des applications mobiles ou encore des outils Big Data ;
  • La plupart des bases de données que l’on retrouve dans les entreprises sont de type relationnel et structuré, et ce, quel que soit le type de système de stockage qu’elles utilisent. Ce sont là les types de systèmes qui peuvent être traités avec le langage SQL. Ce langage est donc devenu une norme au sein des entreprises ;
  • C’est un langage testé, approuvé et utilisé depuis plus de 50 ans. Sa fiabilité n’est donc plus à discuter ;
  • Si l’on compte travailler dans le monde de l’informatique, notamment devenir développeur, data analyst, data scientist, etc., il faut le maitriser ou du moins apprendre les bases de ce langage ;
  • Il existe de nombreuses documentations permettant de l’apprendre. Et en cas de blocage, une communauté énorme est présente afin d’apporter leurs aides.

Quand utiliser SQL ?

Afin de connaître à quel moment doit-on utiliser SQL, il faut savoir qu’il peut être divisé en plusieurs types ou sous-langages :

  • Les LDD ou Langage de Définition des Données qui permettent de créer, de modifier ou de supprimer des tables, des vues, des contraintes ou encore la base de données en elle-même ;
  • Les DML ou langage de manipulation de données, c’est-à-dire requêtes permettant d’interagir avec la base de données à savoir effectuer des opérations d’insertion, de mise à jour, de sélection ou de suppression ;
  • Les DCL ou langage de contrôle des données permettant de gérer les privilèges d’accès de chaque utilisateur de la base de données et ainsi leur donner les autorisations adéquates ;
  • Les TCL ou langage de contrôle des Transactions qui servent à contrôler les transactions afin de maintenir l’intégrité des données.

Grâce à la définition de ces types de sous-langages, on peut déjà voir les circonstances de l’utilisation de SQL. La question qui se pose est maintenant la suivante : dans quels domaines peut-on effectuer ce genre d’opérations ? La réponse est simple : presque tous les domaines supportent l’utilisation de ce langage tant qu’il s’agit de développement en interaction avec des données.

On peut par exemple l’utiliser dans le développement d’une application de commerce en ligne, de site web de tout genre et dans tous les domaines (médical, bancaire, sportif, éducatif, etc.) ou encore dans le domaine du divertissement à savoir la création d’une application ou de jeu sur mobile.

Le Big Data est également un domaine dans lequel on peut utiliser du SQL. Même si, dans ce cas-ci, on parle d’une importante quantité de données hétérogène, SQL a prouvé qu’il pouvait être adapté à n’importe quelle situation. Des systèmes tels que HiveQL, qui est une dérivée de SQL sont très appréciés pour le traitement des données volumineuses.

Les systèmes de gestion de bases de données SQL

De nos jours, on retrouve de nombreux systèmes de gestion de bases de données SQL, que ce soit des open sources ou ceux qui ont besoin d’une licence propriétaire. Voici ceux qui sont les plus utilisés par les entreprises et que l’on conseille également de maitriser :

MySQL

MySQL est l’un des systèmes de gestion de base de données les plus utilisés de nos jours. En effet, que ce soit les entreprises ou les particuliers (développeurs indépendants ou étudiants), tous se sont tournés vers ce système. La raison à cela est qu’il est open source, facile à utiliser et à maintenir.

PostgreSQL

PostreSQL est le concurrent direct de MySQL, car les deux sont open source. Il est multiplateforme, c’est-à-dire que l’on peut l’utiliser, quel que soit le système d’exploitation dont on dispose. Il est connu pour être fiable et robuste. Et par rapport aux autres systèmes, c’est celui qui respecte le plus la syntaxe standard de SQL.

Microsoft SQL Server

Il s’agit du système de gestion de base de données de Microsoft. Il fonctionne donc seulement sur les systèmes d’exploitation Windows ainsi que les serveurs Windows. Cependant, depuis quelques années, il fonctionne également sur Linux et peut être utilisé sur macOS via un conteneur Docker.

Oracle Database

Oracle Database a été développé par l’Oracle Corporation. C’est le système de gestion le plus utilisé au monde et se trouvent même devant MySQL et PostgreSQL. Il est très apprécié de par sa fiabilité et par la sécurité qu’il offre aux données ainsi qu’aux utilisateurs. Il existe plusieurs versions d’Oracle Database, allant de gratuites aux professionnelles. Il est également multiplateforme et convient à toutes les plateformes, que ce soit des machines physiques, des serveurs ou le cloud.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here