Le tournant des années 70 et 80 représente une période décisive d’émergence des radios locales, alors équipées de quelques micros, d’un équipement rudimentaire la plupart du temps, et d’un groupe de copains dans un endroit clos avec la grande envie de briser le silence ou la distance sans utiliser les moyens classiques. A cette époque, l’Etat tentait tant bien que mal d’endiguer l’émergence de nouvelles stations de radios. Les ondes étaient régulièrement brouillées, les descentes policières étaient fréquentes. En réponse, les radios devenaient de plus en plus mobiles et pouvaient donc aisément être transportées pour diffuser. Aujourd’hui, nous sommes loin de ces temps troublés, mais certaines conditions se recréent et nous assistons à une « nouvelle émergence » de ces radios particulières, autrefois dites pirates, désormais dites libres.

Intérêt des radios locales

Dans le processus de décentralisation des radios, d’importantes avancées ont eu lieu dans les années 1990 en ce qui concerne l’introduction de la radio dans le quotidien des Français. Avec le développement de la technologie, ils peuvent désormais écouter la radio en ligne et en direct, peu importe leur situation géographique. Cette possibilité qu’offrent de plus en plus de radios locales justifie le taux de satisfaction élevé que l’on observe dans les rangs des auditeurs. Aussi, ces derniers estiment que les radios locales sont plus proches de leurs préoccupations dans le traitement de l’actualité.

Par ailleurs, plus d’un Français sur deux déclarent écouter au moins une radio communautaire. Bien qu’on puisse croire que cette tendance est plus prononcée chez les anciens, force est de constater que la radio locale a conquis toutes les tranches d’âge. En effet, selon une étude Sriti – Ifop, 54 % des moins de 35 ans écoutent une radio locale, comme 53 % de ceux dont l’âge est compris entre 34 et 49 ans, et 49 % de ceux qui ont au moins 50 ans. Les auditeurs se tournent vers n’importe quelle radio pour l’information, le divertissement, la musique, etc. Cependant, ils apprécient tout particulièrement les informations délivrées par les radios locales. De ce fait, plus de 8 auditeurs sur 10 estiment que les radios locales livrent des informations que ne diffusent pas les stations nationales. Elles constituent alors un bon moyen d’être informé sur l’actualité de sa région. Par-dessus tout, les auditeurs apprécient que ces radios donnent la parole à des personnes dont ils se sentent proches et qui partagent leurs préoccupations.

L’un des plus grands intérêts des radios locales se trouve en leur capacité à refléter la diversité. Il existe des stations pour tous les goûts et pour toutes les envies. De même, le nombre élevé de stations permet de diversifier les sources de divertissement et d’informations. Afin de toucher un public plus large, les radios locales offrent en général deux moyens de suivre les émissions : le direct et le podcast. Les podcasts peuvent être téléchargés par l’auditeur pour être suivis ultérieurement.

radio locale ; radio libre ; radio en ligne

Radios locales… et libres

Les radios locales offrent quatre avantages majeurs. Pour commencer, leur proximité permet de toucher rapidement et facilement le public. En d’autres termes, si vous êtes un entrepreneur et que vous souhaitez faire passer un spot audio à la radio, vous savez qu’une diffusion sur la radio locale augmentera vos chances d’atteindre la clientèle qui se trouve dans votre localité d’implantation. Par ailleurs, les radios locales possèdent une grande force de communication, qui leur est conférée par leur adaptation aux différents supports ayant émergé grâce à la révolution digitale et technologique. Pour illustration, d’une part, toutes générations confondues, la radio est un incontournable en voiture. En outre, vous pouvez atteindre des auditeurs via plusieurs canaux, y compris les réseaux sociaux, en relayant un podcast par exemple. Les radios sont également dynamiques, car elles permettent d’interagir directement avec l’auditeur pour avoir son avis, le faire participer à des jeux concours, etc. Enfin, compte tenu de toutes les caractéristiques évoquées ci-dessus, les radios locales sont pratiques pour générer du trafic, promouvoir un événement, annoncer une promotion ou encore développer sa notoriété.

Néanmoins, à côté de tous ces facteurs, il est important de considérer le contexte social et juridique dans lequel évoluent les radios locales. Aujourd’hui, une grande partie des radios individuelles ou associatives se réclament libres. Quelle définition claire peut-on alors donner de la notion de « radio libre » ? Six caractéristiques clés permettent de reconnaître une radio libre.

  • C’est un média qui ne dépend pas d’intérêts commerciaux.
  • Une radio libre offre des espaces d’expression politique et artistique à des voix exclues des médias mainstream.
  • C’est une radio construite, pensée et animée par des bénévoles. En cas de besoin de soutien, celui-ci provient de volontaires.
  • Elle représente un outil d’auto-organisation de minorités.
  • Elle représente un espace d’échange de savoir et de réflexions collectives, qui favorise une remise en question et un regard critique utiles à la santé de nos radios.

Les radios locales et libres se révèlent donc être d’excellents moyens d’expression pour les groupes défavorisés ou minoritaires, mais aussi pour les personnes désireuses de valoriser les richesses du terroir ou de bâtir une communauté (autour d’une marque, d’une idéologie, etc.).

Incidence d’internet sur les radios locales

Alors qu’il connaissait une ascension fulgurante, le digital a été d’abord considéré comme une menace pour la radio. Heureusement, pas pour longtemps ! Il est rapidement devenu un allié incontournable. Grâce au digital, les auditeurs, plus jeunes, peuvent écouter directement via le web ou librement télécharger un podcast et l’écouter via leur smartphone. Ce faisant, la radio permet de toucher une cible très étendue, incluant une bonne frange de la jeunesse, et à la fois plusieurs catégories socio-professionnelles, ainsi que des groupes de personnes n’ayant pas forcément les mêmes centres d’intérêt.

D’autre part, puisque le direct n’est plus impératif pour recevoir l’information, une même émission peut être écoutée plusieurs fois et n’importe quand selon la disponibilité de l’auditeur, et conserver une certaine popularité sur une longue période, grâce aux relais multiples via un large panel de plateformes. La flexibilité qu’offre le format du podcast contribue ainsi à l’émergence de multiples émissions, qui n’auraient probablement jamais vu le jour si on en était restés à la radio classique. En vue de construire une communauté, des thématiques plus originales peuvent alors être abordées, selon les centres d’intérêt des auditeurs qui ont désormais une certaine liberté de choix quant à ce qu’ils écoutent.

Plus d’un estiment que le renouveau des radios locales peut aller encore plus loin, en s’appuyant notamment sur de nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, pour toucher plus d’auditeurs. Ces derniers pourraient alors suivre une émission par commande vocale avec des enceintes connectées. En considérant tous ces éléments, les radios locales semblent avoir encore de beaux jours devant elles, si elles continuent de faire du digital leur allié, et d’œuvrer pour des radios libres !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here