des câbles RJ45 ADSL

Je vous l’accord, il est parfois très difficile de s’y retrouver dans cette jungle des différentes technologies d’accès à internet proposées sur la marché par les opérateurs télécoms. Certains n’ont accès chez eux qu’à une seule technologie, dans ce cas le problème est vite réglé ! Et c’est bien souvent l’ADSL si c’est le cas. Par contre, dès que vous êtes éligibles à différentes technologies d’accès à internet, les problèmes de compréhension peuvent vite arriver. Et je vous comprend !

ADSL, ADSL2, ADSL2+, VDSL, VDSL2, FTTB, FTTH, FTTLA, Fibre optique, câble coaxial… Vous avez la migraine rien qu’à lire ces différents acronymes ? C’est normal… Toutes ces technologies permettent d’accéder à internet chez vous, mais sont pourtant très différentes les unes des autres. Nous vous expliquons ces différences dans cet article. Suivez le guide !

La technologie ADSL et ses dérivés :

L’ADSL est le technologie d’accès à internet qui a permis aux français d’accéder pour la première fois au Haut débit fixe. A l’époque, on appelait haut débit toutes les connexions internet qui fournissait un débit de plus de 512 kb/s. Un peu dépassé aujourd’hui mais c’était déjà énorme pour l’époque. Rappelez-vous de votre bon vieux modem bas débit qui offrait 56 Kb/s de vitesse de connexion !

Bref, l’ADSL est arrivé dans les foyers Français un peu avant les années 2000 et permettait sans avoir à changer les câbles dans les maisons d’apporter le haut débit, sur la ligne téléphonique classique via le réseau de fil en cuivre de France Télécom. Il fallait tout de même s’équiper d’un modem haut-débit, vendu par les opérateurs de l’époque.

Aujourd’hui, l’ADSL a évolué et les opérateurs proposent des versions améliorées de cette technologies : l’ADSL2+, qui permet d’apporter des connexions jusqu’à 28 Mb/s. Si besoin, des sites comme mezabo.fr permettent de comparer les offres internet ADSL de tous les opérateurs.

Un modem internet

Le VDSL : le grand-frère de l’ADSL qui utilise le cuivre également

Depuis quelques années, les opérateurs télécoms déploient une technologie très proche de l’ADSL : le VDSL. Cela permet d’atteindre des débits allant jusqu’à 100 mb/s sans changer de réseau. Ainsi, le bon vieux réseau en cuivre et votre prise téléphonique d’antan suffisent pour vous apporter un tel débit.
Il faut cependant que vous soyez situé à moins de 1 km du répartiteur de votre ville ou quartier pour pouvoir en profiter, car l’atténuation des débits sur les réseaux cuivrés grandit à raison que la distance augmente.

Certains opérateurs ne proposent pas le VDSL à leurs clients. Pour information, c’est Free qui fut le premier en France à expérimenter avec succès cette évolution du réseau cuivre. Bon nombre de ses concurrents ont alors emboîté le pas. En effet, le VDSL permet d’apporter du très haut débit sans pour autant investir dans le déploiement d’un nouveau réseau fixe. Une aubaine !

Le FTTB ou FTTLa (câble coaxial) : le très haut débit apporté aux foyers français !

Technologie très déployée à l’époque par Numéricable et encore utilisée par SFR aujourd’hui, le FTTB ou FTTLa permet d’atteindre des débits allants jusqu’à 1 Gb/s dans des conditions optimales sans pour autant avoir une prise optique à son domicile.
La fibre optique est tirée jusqu’en bas de l’immeuble ou jusqu’au dernier répartiteur du quartier, et le raccordement du domicile est effectué en câble coaxial.

C’est une technologie stable et qui permet d’atteindre de bons débits, mais elle commence à atteindre ses limites. Pour preuve, Bouygues Télécom ne la propose plus à ses clients et SFR commence à s’en dégager en déployant massivement un réseau fibre optique de bout en bout.

Le FTTH : la fibre optique de bout en bout

Enfin, pour terminer ce comparatif des différentes technologies d’accès à internet : voici la fibre optique. L’acronyme FTTH signifie Fiber To The Home. En bon français, cela veut littéralement dire fibre optique jusque dans le domicile. Ainsi, les opérateurs télécoms tirent des kilomètres de fibre à travers toute la France pour raccorder un à un tous les domiciles des français et y installer une prise optique à l’intérieur de logement. Cela permet d’avoir directement une connexion internet en fibre optique dans votre logement, ce qui permet d’atteindre des débits allants jusqu’à 10 Gb/s. Dans le futur et sans changer de cable, les débits pourraient même monter à 1 Tb/s pour chaque logement ! Le FTTH est une technologie qui s’adapte aux évolutions et très prometteuse, mais elle coûte très cher à déployer.

Heureusement pour nous consommateurs, les opérateurs internet ne facturent pas plus cher l’accès à leurs offres en fibre optique. Parce qu’en fait, même si le coût du déploiement est très important ils économisent sur la location du réseau cuivre qui appartient en totalité à Orange (anciennement France Télécom). Pour vous donner un ordre de grandeur, Free pouvait payer entre 7 et 10€ par mois à Orange la location du réseau cuivre pour chaque abonné ADSL : un véritable gouffre financier !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here