histoire photographie

La photo en noir et blanc a été la photographie la plus disponible pendant très longtemps, avant de se faire détrôner par la photographie en couleurs. Mais la beauté et la poésie des photos en noir et blanc persistent. Zoom sur l’histoire de la photo en noir et blanc dans cet article.

Le commencement de la photo

La première photographie couleur a été prise en 1861, même si elle ne s’est popularisée que dans les années 1960. Jusqu’à là, la photographie en noir et blanc dominait. Ce type de photo existe depuis 1830, mais a continué de se développer avec les nouvelles technologies. Les émotions sont ailleurs mieux retranscrites via le noir et blanc puisque le sujet est au centre de la photo.

Pour être précis, c’est en 1826 que Joseph Nicéphore, un scientifique français a exposé une plaque recouverte de bitume dans une chambre noire pendant plusieurs heures. Il a alors capturé une image assez nette de la vue de sa fenêtre. Cette première photographique est alors nommée « Point de vue du Gras ».

En 1829, Joseph Nicéphore s’associe avec un autre inventeur, Louis Daguerre afin de créer ensemble un autre procédé photographique amélioré : le « physautotype », qui deviendra le « daguerréotype ».

Ce dernier implique l’utilisation d’une plaque d’argent ou de cuivre polie et traitée pour que la surface soit sensible à l’exposition lumineuse. La plaque serait alors exposée pendant quelque temps avant d’être fumigée au mercure et traitée chimiquement.

Ce procédé étant plus court en termes d’exposition, il permit de photographier des personnes. C’est en 1838 que deux personnes (un cireur de chaussures et son client) ont été photographiées de façon très floue. Cette photo a été prise sur le boulevard du Temple à Paris. Le daguerréotype s’est répandu afin de capturer des portraits, mais restait assez complexe, et donc, disponible uniquement chez des professionnels de la photographie.

noir et blanc

La plaque sèche

Ensuite, c’est en 1871 que Richard Leach Maddox, un photographe d’origine anglaise, a inventé la plaque sèche. Avant son invention, les plaques devaient rester humides pendant leur exposition avant d’être traitées.

Sa découverte paraissait donc plus pratique, mais ce n’est que 10 ans plus tard que la technique se répandit. En effet, c’est grâce à George Eastman, un photographe amateur, que les plaques ont pu être produites par des machines et donc commercialisées au grand public. 4 ans plus tard, c’est encore George Eastman qui découvre le film en rouleau flexible, qui deviendra le premier appareil photo Kodak préchargé avec un rouleau permettant de capturer 100 images.

Ces appareils étant très facile d’utilisation et transportables, n’importe qui pouvait alors photographier ce qu’il souhaitait. Des amateurs, comme Ansel Adams, ont alors commencé à capturer la nature ou les animaux les entourant. Sauf qu’Ansel Adams est devenu un des plus grands photographes paysagistes du 20e siècle ! En 1925, Oskar Barnack a créé le premier appareil photo avec un film de 35 mm : le « Leica ». Cet appareil étant alors plus compact, les possibilités de photographies devenaient infinies.

La percée de Kodak

C’est au milieu des années 30 que Kodak a commercialisé son « Kodachrome ». Cet appareil contenait un film inversible de couleur, permettant aux photographes de capturer des détails dans une chromaticité expressive.

Le monochrome disparut vers les années 80 avec l’émergence des photographies couleur. Ces dernières deviennent alors les plus répandues, que ce soit dans le monde public des publicités que dans la sphère privée. Malgré cela, encore un grand nombre de photographes apprécient de capturer en monochrome afin de capter les émotions centrales de leur sujet.

Enfin, nous pouvons vous donner quelques conseils pour réaliser vos propres photos en noir et blanc. Déjà, jouez avec les tons clairs et foncés lors de votre prise de vue. Les contrastes de l’image, comme de l’ombre et de la lumière seront vos alliés. Au plus vous aurez du contraste, au plus votre photo en noir et blanc aura du caractère.

Aussi, si votre cliché est en couleurs, vous pouvez passer par un traitement à l’ordinateur. Pour cela, vous pouvez passer par la désaturation qui transformera les couleurs en une échelle de gris.

Cependant, les couleurs rouges, vertes et bleues seront identiques. Pour les différencier, utilisez le mélangeur de couches de votre logiciel de retouche. Le filtre rouge permettra d’assombrir le bleu et le vert, utilisez-le pour intensifier le ciel. Le filtre jaune sera utile pour accentuer les nuages ou mettre en valeur la peau d’un sujet. Quant au filtre bleu, il éclaircit le bleu et assombrit le rouge ; vous pouvez donc l’utiliser pour la brume, mais pas pour les portraits où vous accentuerez les défauts.

Pour conclure

Pour terminer, la photographie en noir et blanc continue de séduire le cœur de certains photographes professionnels ou amateurs à travers le temps grâce à son intensité et sa poésie naturelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here