payer crypto-monnaie

L’Homme a toujours eu du mal percevoir ce qui est intangible. Le fait de pouvoir toucher un objet est beaucoup plus facile que de l’imaginer dans son esprit. Pourquoi ? Car cela ne demande que très peu d’effort de la part du cerveau. C’est d’ailleurs pour cela que dès le plus jeune âge, à Singapour, les mathématiques sont enseignées en manipulant des petits cubes de construction.

Par la suite, les enfants peuvent modéliser une situation mathématique avec plus d’aisance. Ceci étant, il n’est pas surprenant que Singapour soit l’un des meilleurs systèmes d’éducation au monde. Mais en quoi cela a-t-il un rapport avec les crypto-monnaies ? C’est justement ce que nous allons voir dans cet article.

Du mal à franchir le pas ?

Aujourd’hui, beaucoup se disent prêt à acheter ou à payer en crypto-monnaies, mais ils n’arrivent pas à franchir le pas. Pourquoi  ? Parce qu’ils ont du mal à se représenter ce qu’est concrètement une crypto-monnaie. N’étant pas quelque chose de tangible, ils doutent constamment de la pertinence de cette technologie. Imager dans son esprit la blockchain, la décentralisation ou encore les transactions peer-to-peer demande en effet un effort important de la part du cerveau.

Ne répétons pas les mêmes erreurs

Prenez Internet par exemple. Tout le monde sait que cette technologie a littéralement bouleversé notre société. Mais pourquoi aussi peu de personnes ont investi dans cette technologie, alors qu’ils avaient toutes les cartes en main ? C’est parce qu’ils n’arrivaient à se le représenter.

On ne peut pas toucher Internet, mais ce n’est qu’en le modélisant dans notre esprit qu’on peut en comprendre sa pertinence. Et ceux ayant fait cet effort n’ont aucun regret comparé à certains. Ce principe s’applique également aux crypto-monnaies, dont le Bitcoin par exemple. Qui, avant d’être une réserve de valeur fiable, est un intermédiaire d’échange alternatif, qui ne dépend pas des banques.

crypto-monnaie

Un ancrage à l’abstrait

Servir d’intermédiaire d’échange alternatif est la finalité même du Bitcoin. Chose que bon nombre de personnes ont du mal à comprendre. Étant une monnaie entièrement virtuelle, il est difficilement concevable de pouvoir faire ses achats avec le Bitcoin, alors que cela est techniquement possible. Bien que 90 % de la monnaie fiat (euro, dollars, yen, livre, etc.) soit digitale, le fait que les gens prennent conscience que ce type de monnaie s’avère bel et bien utilisable s’explique grâce aux cartes bancaires. Mais aussi parce qu’elle est acceptée par les commerçants du monde entier.

Une mise en confiance ingénieuse

Pour que le grand public puisse accepter plus facilement les crypto-monnaies, les plateformes de monnaies virtuelles les plus importantes au monde ont mis en place des cartes de paiement en crypto-monnaies semblables à des cartes bancaires.  Pour donner l’impression que payer en crypto-monnaie, c’est comme payer en euro. Généralement en partenariat avec Visa, ces cartes peuvent être utilisées chez n’importe quel marchand.

Ce type d’usage permet ainsi de modéliser, avec plus d’aisance, les paiements en crypto-monnaies.  Un peu comme les petits cubes de construction utilisés dans l’enseignement à Singapour. Des applications mobiles, dont le point d’ancrage est l’utilisation de notre téléphone pour payer en crypto-monnaie, ont aussi fait leurs apparitions pour répondre à ce besoin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here