L'accès à Internet

Les gens peuvent plaisanter en disant que d’autres passent trop de temps sur Internet, mais cette série complexe de tubes est devenue une partie importante de la vie quotidienne au point que c’est devenu une violation des droits de l’homme que de la retirer.

Internet, un droit de l’homme !

Selon le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, qui a adopté en juin une résolution non contraignante condamnant les pays qui retirent ou perturbent intentionnellement l’accès de leurs citoyens à Internet. La résolution a été adoptée vendredi dernier, mais des pays comme la Russie, la Chine, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud et l’Inde s’y sont opposés. Plus de 70 États ont appuyé les résolutions, selon une déclaration publiée par Article 19, une organisation qui œuvre à la promotion de la liberté d’expression et d’information. Thomas Hughes, le directeur exécutif de Article 19, a écrit:

Nous sommes déçus que des démocraties comme l’Afrique du Sud, l’Indonésie et l’Inde aient voté en faveur de ces amendements hostiles visant à affaiblir la protection de la liberté d’expression en ligne.. Une approche fondée sur les droits humains pour fournir et élargir l’accès à Internet, fondée sur les obligations internationales existantes des États, est essentielle pour réaliser l’Agenda 2030 du développement durable, et aucun état ne devrait chercher à freiner cette tendance…

La résolution note ce que beaucoup d’entre nous savent déjà : Il est important d’accroître l’accès à l’Internet, car il facilite de vastes possibilités d’éducation abordable et inclusive à l’échelle mondiale ou fournit d’autres ressources pour l’éducation, en particulier à travers la fracture numérique. Conformément à l’Agenda 2030 pour le développement durable, l’organisation a également reconnu que la diffusion de la technologie a le grand potentiel d’accélérer le progrès humain

Tout est là : vos organismes de presse, vos ressources de recherche d’emploi et vos relevés de carte de crédit. Il est devenu impossible de vivre sans un accès Internet de base.

<D’autres pays ont déjà souligné l’importance de l’accès ouvert, y compris le président Barack Obama qui, en 2015, a déclaré que aujourd’hui, le haut débit n’est pas un luxe, c’est une nécessité.

La résolution souligne également un certain nombre de questions qui doivent être abordées, notamment celle de la liberté d’expression sur l’internet. Parmi les points présentés figuraient également les énoncés suivants :

L’ONU peut-il vraiment quelques chose pour le web ?

L’ONU ne peut pas appliquer les résolutions légalement. Elles ont plutôt pour but de fournir des lignes directrices aux pays participants et de faire pression sur ceux qui pourraient avoir des opinions dissidentes. Il ne s’agit que d’énoncés généraux sur la façon dont les gouvernements devraient façonner les lois lorsqu’il s’agit d’Internet. C’est agréable à voir, même si cela ne fait pas grand-chose à part remplir quelques feuilles de papier numérique.

La prochaine étape consiste pour ces pays à s’attaquer activement aux problèmes, y compris les lois relatives à la liberté d’expression et à la façon dont ces droits peuvent être violés pour répandre la violence, les idéaux terroristes et le harcèlement. Plus nous discuterons des problèmes qui accompagnent le règne libre de l’Internet, plus nous nous rapprocherons du Valhalla (c’est du moins ce que j’ai entendu dire).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here