numéros surtaxés

Les numéros surtaxés, aussi appelés numéros spéciaux, sont ce que l’on appelle techniquement des numéros SVA, pour Service à Valeur Ajoutée. Attribués à des entreprises ou à des administrations pour donner accès à l’un de leurs services, ils font parfois l’objet d’une surfacturation. Comment les reconnaître ?

Quel est le format des numéros surtaxés ?

Les numéros spéciaux peuvent avoir différents formats, mais seulement certains d’entre eux sont susceptibles de faire l’objet d’une surtarification.

Ainsi, les numéros surtaxés, associés à un service à valeur ajoutée, peuvent se présenter de 3 façons :

  • Numéros longs commençant par 081, 082 ou 089
  • Numéros à 4 chiffres commençant par 1 ou 3
  • Numéros à 6 chiffres commençant par 118

À titre d’exemple, le numéro du service client Orange, le 3900, est un numéro surtaxé lorsque l’appel est passé depuis une ligne rattachée à un autre opérateur.

Il existe en revanche d’autres numéros spéciaux non surtaxés. L’appel est payant, mais le service gratuit. Il s’agit des formats suivants :

  • Certains numéros à 4 chiffres commençant par 1 ou 3
  • Les numéros à 10 chiffres commençant par 0806, 0807, 0808 ou 0809

Enfin, il existe des numéros spéciaux gratuits : le service est gratuit, de même que l’appel. Ces numéros verts se présentent sous 3 formats :

  • Numéros à 4 chiffres qui commencent par 30 ou 31
  • Numéros à 6 chiffres qui commencent par 116
  • Numéros à 10 chiffres ayant pour indicatifs 0800 à 0805

identifier numéros surtaxés

Quel est le prix des numéros surtaxés ?

Les tarifs varient en fonction soit de la durée de l’appel, soit du service. Dans certains cas, quelle que soit la durée de l’appel, c’est l’acte qui est facturé : que la communication soit très courte ou très longue, le montant sera le même.

L’association SVA+, qui réunit des groupements et des associations d’éditeurs et fournisseurs de service, mais aussi des groupements et associations d’opérateurs de communications électroniques, a mis en place un code couleur officiel pour permettre aux consommateurs de mieux s’y retrouver.

Ainsi, la couleur grise est réservée aux numéros proposant un service gratuit et un appel payant, c’est-à-dire une tarification banalisée. La couleur violette indique les numéros surtaxés avec un service payant, tandis que la couleur verte regroupe les numéros dits verts, à savoir 100 % gratuits, qu’il s’agisse de l’appel ou du service, et ceci depuis un fixe ou un mobile.

Numéros surtaxés : quelles précautions prendre ?

Les numéros surtaxés sont parfois utilisés dans le cadre d’escroqueries, comme les attaques de phishing. Dans ce cas, le déroulement est toujours le même : le consommateur est contacté par SMS, mail ou appel via un numéro spécial, prétendant être celui d’un organisme de confiance.

Il est ensuite demandé de recontacter le numéro (souvent surtaxé) ou de se connecter sur le site en laissant des informations personnelles, comme ses coordonnées bancaires ou ses identifiants, lesquels sont récupérés et détournés à des fins frauduleuses.

Il convient donc, en cas de doute, de ne jamais communiquer de données personnelles et de contacter directement le service ou l’organisme en question pour s’assurer que la demande émane bien d’eux.

Avant de rappeler un numéro surtaxé, il est possible de consulter l’annuaire inversé mis en place par l’association SVA+. Par ailleurs, les tentatives d’escroqueries peuvent être signalées par SMS au 33700 ou sur le site www.33700.fr.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here